Église Sainte-Radegonde – Talmont sur Gironde

Bouton-Achat-Numéro
Bouton-Abonner

Trésors de l’art roman

Ce numéro 32 de la revue Arcades vous propose un dossier intitulé Trésors de l’art roman. Piloté par Christian Gensbeitel, maître de conférences en histoire de l’art médiéval à l’université Bordeaux-Montaigne, il intègre les contributions de spécialistes de cette période. Qu’ils en soient tous ici remerciés.

L’art roman fait partie de l’identité de la Nouvelle-Aquitaine. En ville comme dans les plus petits villages de la région, le territoire est parsemé de ces monuments venus des XIe et XIIe siècles qui constituent un patrimoine historique sans équivalent dans l’Hexagone.

Dans un contexte d’essor économique et démographique sans précédent, cette période centrale de l’histoire du Moyen Âge est marquée par le triomphe du christianisme et la place essentielle de l’Église catholique dans l’organisation de la société féodale. D’où la construction d’un nombre impressionnant d’églises et d’établissements religieux.

Véritables œuvres collectives, réalisées sans concepteur unique, tous ces édifices tirent le meilleur des matériaux présents sur les divers territoires. Avec une prédominance du calcaire, depuis le Poitou jusqu’aux Pyrénées, et du granit, pour ce qui est de la partie limousine de la région. Points forts de cet art roman : la présence de sculptures et de peintures murales d’une grande richesse qui confèrent à ces constructions une dimension ornementale particulière.

Plus que jamais, Arcades en Nouvelle-Aquitaine vous incite à découvrir les multiples richesses patrimoniales de la région. Cette édition sera ainsi l’occasion de parcourir le Confolentais et de mieux connaître ce territoire charentais labellisé « Ville et Pays d’art et d’histoire ». Dans les Deux-Sèvres, vous êtes conviés à la découverte du Domaine des Roches Blanches, le plus récent des 58 Jardins remarquables de la région, et de ses arbres multicentenaires. Une plongée dans l’histoire vous attend également avec deux articles consacrés à des aspects méconnus de nos territoires. Le premier constitue une immersion dans les changements urbains intervenus à Périgueux avec l’arrivée du chemin de fer sous le Second Empire. Le second rappelle la mémoire des « hirondelles » du Pays de Soule, ces ouvrières espagnoles qui arrivaient chaque printemps de l’autre côté des Pyrénées pour travailler dans les ateliers de confection d’espadrilles. Deux musées sont également à l’honneur. En Limousin, celui dédié à la vie et à l’œuvre du savant Joseph Louis Gay-Lussac, natif de Saint-Léonard-de-Noblat. À La Rochelle, le musée du Nouveau Monde, qui est attaché aux relations entre cette cité et les Amériques, est le premier établissement muséal à aborder le passé négrier d’un port français et à exposer des collections liées à la traite négrière et à l’esclavage dans les colonies des Antilles.

Philippe Arramy

Directeur de la rédaction